Affaire Canal : le coup de pied de cheval de Monsieur B

Pour ceux qui ne connaissent pas, voilà le résumé de l’affaire, vu de ma porte, évidemment, et vous connaissez mon sens de l’ironie…

daumier_charivari.jpgUn chef d’entreprise, malin comme un breton et comme un chef d’entreprise, parce qu’on ne peut pas être chef d’entreprise et pas malin, décide, peut-être pour conforter sa stature, de se payer une danseuse. La danseuse en question est Canal +, un peu comme TF1 pour Martin Bouygues. Une chaîne, ça fait chic, et ça permet de passer rhubarbe et senné à ses clients potentiels.

Canal est à la base une chaîne CSP+. CSP+ veut dire que son public est aisé, catégorie sociale supérieure. On pouvait à cette époque trouver sur Canal un ton inimitable, souvent loin de la démagogie, en tout cas, près d’une certaine culture et d’une certaine intelligence.

Mais Canal coûte cher. Pour accroitre la rentabilité, les anciens actionnaires avaient fait un coup d’état en virant les dirigeants de l’époque pour s’orienter vers un plus grand public, en privilégiant foot et cinéma avec ou sans cryptage. C’est à cette époque que Canal s’était transformée une première fois, passant de chaîne royale en chaîne qui bat de l’aile. Parce que quand on commence à aller chercher la ménagère moins de cinquante ans, on loffe vers la démagogie, et ça cadre en général assez peu avec l’élitisme. Ça sent le dessalage…

Canal a donc commencé à battre de l’aile, et comme dans la nature, un animal qui bat de l’aile attire les prédateurs. Monsieur Bolloré a racheté Canal, croc, comme ça, et a accéléré la mutation. Allez que je te vire les Guignols et les producteurs en place, vive Hanouna et le racolage, et que je garde les recettes mais que je colle des ersatz…

Débandade commerciale… Les derniers CSP+ résilient, vous savez, les bobos, et le fric manque, manque, manque…

Comme tous les gestionnaires branquignols, personne ne pense à refaire de bons produits qui donnent envie, non, on va faire plus vulgaire, puisque la ménagère l’est, se dit-il,  et faire des économies. Contrairement à ce qu’on pense, les grippe-sous ne deviennent pas riches, et n’est pas bon qui a besoin. Première leçon : quand on a des bons, dans les équipes, les remplacer par des demi-sels sous prétexte de picaillons n’est jamais une bonne idée!

Et nous y voilà : économies, économies, les droits des ces scénaristes et producteurs de daube qui n’arrivent pas à me faire frémir la ménagère ne seront plus payés, ça coûte trop cher, ces fainéants, sans même savoir faire un beau tableau d’investissements sous Power Point.

Décision incroyable, tollé général, irai-je jusqu’à parler d’indignation, oui, en tout cas chez moi! La simple pensée qu’un arriviste se croie au dessus de la simple loi et du simple respect réveille chez moi des envies de Carmagnole, de ci-devant, de piques et de guillotines.

Les sociétés de collecte ont dégainé leurs avocats et sommé l’arriviste de respecter auteurs, loi et usages et d’honorer immédiatement les créances. La SACEM, c’est pas non plus des bleu-bites, question brouzoufs, et ils ne rigolent pas avec ça.

Bref, devant le tollé parfaitement justifié, le breton recule et son service de communication publie aujourd’hui une chose annonçant que les sommes dûes seront payées. Bon…

Mais on ne devient pas un capitaine d’industrie sans avoir le sens de la manoeuvre, surtout que celui-là est breton, matois et rusé. Le dernier chapitre du communiqué menace carrément les sociétés de collecte, la SACEM et les autres donc, d’un éventuel appel à audit sur la répartition des droits, sous prétexte de vérifier que les droits payés n’engagent pas d’importantes dérives dans le domaine du champagne, des petits fours et des notes de frais. Droits de gestion, on dit. Mais basse vengeance, surtout!

Ah le vachard! Vexé, qu’il est, le Capitaine. Et là, il ne se montre bien petit. Parce qu’il sait bien que c’est là qu’on attend toutes les sociétés du genre…

N’ayant aucun intérêt du genre, sinon mon intérêt systématique pour l’observation du minuscule, je vous livre le communiqué, et je vous laisse penser…

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :