Les Jeux, vus de ma porte…

Les Jeux, vus de ma porte…J’ai bien tout vu les jeux. La vache!… Que c’est beau! La cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture, par exemple… Ma­gni­fique. Gran­diose. Un mise en scène au quart de poil avec tous les sym­boles glo­rieux d’une na­tion fière de son his­toire, tout ça. Dan­tesque! Su­blime. For­cé­ment su­blime, me souffle mon amie Mar­gue­rite.

Et for­cé­ment, après cette gloire mon­diale ou­tra­geu­se­ment  ta­ri­fée, té­lé­vi­suel­le­ment par­lant, quand les pre­mières an­nonces ont été faites, en fran­çais avant l’an­glais, ça a râlé sec chez les Bri­tons. Je l’in­vente pas, c’est Steve, un ami gal­lois de pas­sage à Paris, qui me l’a dit. Quoi? Qu’est ce que c’est que ça? Notre mo­ment de gloire à nous, gâché par ce bre­douillis de co­chons de Frog­gies?!…

Bien sûr, tout le monde n’a pas râlé. Les gens culti­vés savent, eux, que la langue of­fi­cielle de l’Olym­pisme est le fran­çais. Cou­ber­tin, fran­çais de France comme on sa­vait les faire à l’époque, avait prévu le coup. Eli­sa­beth, mon amie de trois siècles, la deuxième, la vraie, elle le sait, elle aussi. Elle a pas dit : « Em­pa­lez-moi le fau­tif, et faites frire ce cré­tin de lé­seur de ma­jesté en tranche pour mon break­fast de­main matin ». Non. Elle sait, elle. C’est une fille fré­quen­table. Enfin… C’est une Habs­bourg… Faut des pin­cettes aussi longues que pour le Diable, quand même…

27.07_reineelisabethIIceremonieouverturejolondrestetebaissee930x620.jpg_scalewidth_460.jpg

Bon… En tout cas, cé­ré­mo­nie gran­diose et res­pect de l’Olym­pisme, même pas très très bien com­pris, c’était bien parti. En de­hors d’une lé­gère nau­sée quand je pense au nombre de maillots, de bal­lons, d’agrès et de gym­nases qu’on au­rait pu of­frir avec le bud­get de ces jeux. Mais bien sûr, c’est un dé­tail. On va pas se fâ­cher pour ça… Et puis MacDo n’au­rait cer­tai­ne­ment pas payé pour des ba­bioles de ce genre… Faut pas pous­ser…

Bon… Après, comme je di­sais, j’ai bien tout vu. Presque vingt quatre heures sur vingt quatre. Tout. Le judo, l’avi­ron, la na­ta­tion syn­chro­ni­sée, le cur­ling… Ah non, pas le cur­ling, ça, c’était aux der­niers jeux d’hi­ver mais je me suis en­dormi… Mais tout, donc…​Savamment com­menté par la fine fleur du jour­na­lisme fran­çais.

Je re­com­mande à tous la fré­quen­ta­tion as­si­due du staff de jour­na­listes fran­çais qui ont cou­vert les Jeux. Cou­vert de quoi, je ne sais pas bien, parce que ça ne sent pas tou­jours la rose. Mais cou­vert, on dit. Oui, je re­com­mande la fré­quen­ta­tion de ces gens, car à leur contact, on se sent brus­que­ment jeune, ou­vert d’es­prit et évo­lué. Le contraste, sans doute…

J’avoue que ma lé­gère nau­sée ini­tiale s’en est  juste un peu ac­cen­tuée de­vant le chau­vi­nisme vis­cé­ral de ces pros de la com et leur bê­tise sa­tis­faite, de­vant les « co­réen qui ne res­semble pas à grand chose », les « c’était pas ter­rible » posés sous le nez des com­pé­ti­teurs à la séance d’in­ter­view, ou autres « gua­de­lou­péens in­do­lents » sous le nez de Dia­gana. Sous cou­vert de fa­tigue de di­rect, y’en avait des tonnes, de lieux com­muns et d’in­sultes in­cons­cientes. J’ai pas tout trans­crit, je m’ex­cuse, mais y’en avait beau­coup, quand même, et puis vous aviez qu’à le faire… M’en­fin, là, ils viennent d’en faire une autre avec « le plai­sir de voir Mlle Franco lan­cer le ja­ve­lot, oui, elle est man­ne­quin… » En di­rect live sur vos télés…

Et puis bor­del, qu’est ce que c’est que cette nou­velle manie de chan­ter os­ten­si­ble­ment la Mar­seillaise de­puis que ce qu’il y a de moins res­pec­table en po­li­tique l’a de­mandé. C’est nou­veau, ça… À la moindre mé­daille, on a eu droit à un cou­plet « je suis fier d’avoir com­battu pour mon pays et je le montre en mi­mant les pa­roles si je suis plein cadre ». C’est plus des spor­tifs, c’est le pas­sage du cer­ti­fi­cat de na­tio­na­lité via la cho­rale. C’est plus de l’ath­lé­tisme, c’est un cas­ting de té­nors. Avec ce qu’on en dit, des té­nors…

— Hep! T’as chanté, toi, là? Je t’ai pas vu?!

—Si si, M’sieur! Vous me le don­nez mon cer­ti­fi­cat de bonne conduite? Je peux res­ter?

sport_home_alaune_sport24_574724_13671704_14_freFR.jpg

Le seul que j’ai trouvé digne, je cor­rige, parce que les spor­tifs font ce qu’ils peuvent, avec cette télé si né­ces­saire à leurs spon­sors, celui que j’ai trouvé vrai­ment super, c’est Teddy Riner, sur son po­dium, droit comme un I, la main sur le coeur. Pen­dant l’hymne, sans se dé­con­cen­trer, il avait dans l’oeil une lueur ma­li­cieuse qui vou­lait dire je suis pas dupe, mais au moins je le fais bien. Il avait rai­son, il était beau le Teddy sur son po­dium. Un gars bien… Sur­tout que comme dit Au­diard, quand les gars de cent kilos parlent, ceux de soixante kilos écoutent… J’ai beau lut­ter, je lui rend en­core au moins trente kilos. Vingt, dites-vous? Vous ne se­riez pas an­glais, par ha­sard?

Pasque les An­glais, dé­solé d’y re­ve­nir, si c’est vrai qu’ils ont in­venté le fair-play, c’est vi­si­ble­ment de­venu un pro­duit d’ex­por­ta­tion. Ils consomment pas la pro­duc­tion, les bougres. Quand on dit que les Fran­çais sont chau­vins, na­tio­na­listes, hy­po­crites et tri­cheurs, moi, j’en connais pas qui changent les règles en cours de jeu. Enfin peu… Enfin beau­coup moins qu’on pour­rait pen­ser. D’ailleurs à chaque fois, c’est un An­glais. Mais ça doit être un ha­sard.

Capturedecran20120807a13.56.48_vign.jpg

Spor­tive avec spon­sor…

Bien sûr à ces jeux, il y quand même un côté ré­créa­tif. Les fé­mi­nines. C’est re­mar­quable comme les nou­velles te­nues im­po­sées tendent à faire mon­ter l’au­dience. Oui, dans l’in­ti­mité, j’ap­pelle ça mon au­dience. Plus c’est li­bi­di­neux,  plus ça grimpe…

Au début, je croyais que le 5000 mètres bi­kini était une nou­velle épreuve. Après, je suis tombé sur les sau­teuses, et je suis resté épaté par l’am­bigüité du nom, sau­teuse. Parce que le plein de fé­mi­nité, il y a… Oh Bou­diou, vive l’ath­lé­tisme! Vive les fé­mi­nines. La moindre lan­ceuse de mar­teau… Pis sinon, on vous sucre les sub­ven­tions, alors… D’ailleurs, pen­dant qu’on en parle… Toi, là, tu pour­rais pas faire un ef­fort? T’es quoi? Reine d’An­gle­terre? Ah par­don, Ma­jesté…

Là, je suis allé me taper un double ci­trate de bé­taïne, pour la nau­sée, dans un fond de bro­mure, pour les fé­mi­nines. Non, je plai­sante…. J’ai juste ap­pelé Ma­dame Mo­dane et je lui ai de­mandé, l’ oeil lu­brique, si elle ne vou­lait pas re­gar­der avec moi, sur le ca­napé, le dix mille mètres dames. Ce à quoi elle a ré­pondu non merci, mais ap­pelle moi quand il y aura Usain Bolt. Avec un grand sou­pir d’ex­ci­ta­tion mal conte­nue…

Quand je m’y suis remis, Nel­son Mon­fort di­sait à une pim­pante sprin­teuse qu’elle a le plus joli sou­rire de l’ath­lé­tisme. Per­sonne ne moufte. Elle sou­rit un peu plus en­core, elle aura deux se­condes pour par­ler de sa per­for­mance. Quand même, les Jeux, c’est ba­lèze…

, le 8 août 2012
23 com­men­taires
1)

fxc 
08.08.2012 à 00:31

Ex­cel­len­tissssss­siiiiime, du tout bon Maître Mo­dane, MERCI

3)

Le Cor­beau
08.08.2012 à 08:27

Bon, vé­ri­fi­ca­tion com­plète, on en tire deux conclu­sions :

  • il n’est fait nulle part men­tion de la marque dé­po­sée
  • Mo­dane n’a donc pas acheté les droits d’uti­li­sa­tion

quel petit joueur

4)

ysen­grain
08.08.2012 à 08:31

Sei­gneur Mo­dane, c’est tout bien dit.

Le ton des jour­na­listes a été donné il y a bien long­temps, ce ton chau­vin, ja­mais dé­calé, tou­jours le plus fran­chouillard pos­sible. On est loin de la poé­sie de Claude Dar­get com­men­tant des matchs de catch.

Je ne don­ne­rai pas de nom, mais pour cer­tains, fran­che­ment, l’eu­tha­na­sie ….

5)

Phil­Sim
08.08.2012 à 10:02

Moi je m’en­traîne…

C’est dur, ça de­mande une grosse concen­tra­tion, une at­ten­tion de tous les ins­tants, j’irais même jus­qu’à évo­quer un sens du sa­cri­fice…

Le but ? Di­mi­nuer au maxi­mum le temps de contact avec cette grande messe olym­pique, païenne et ef­fec­ti­ve­ment, sou­vent nau­séa­bonde…

Exemple : Je suis de­vant la télé, je zappe (je sais, il ne fau­drait pas re­gar­der la télé comme ça, mais bon)… Et tout d’un coup, paf (comme di­rait le pa­tron d’ici), je tombe sur une re­trans­mis­sion de­puis Londres (ça n’est pas ça qui manque)…

Comme je suis prêt, en­traîné, tous mes sens sont en alerte, le sys­tème sym­pa­thique (qui gère les 3 “f” : fright, flee, fight), est en vi­gi­lance maxi­male… Du coup, la ré­ac­tion est im­mé­diate, pas une ombre de stress, je me sens à la hau­teur, et pas une se­conde je n’ai envie de fuir (les deux pre­miers “f”) ; au contraire, avant même que j’aie une conscience claire de ce qui se passe, mon cer­veau sur­en­traîné en­voie une com­mande im­mé­diate, im­pé­rieuse, au tra­vers des voies mo­trices longues jus­qu’à mon index, qui ap­puie quasi ins­tan­ta­né­ment sur la touche de la zap­pette pour chan­ger de chaîne…

Il s’en­suit une zone d’un calme bien­venu, mais trom­peur, car le risque est grand que cette autre chaîne dif­fuse des images du même aca­bit… Il faut alors tout re­com­men­cer… C’est vrai­ment spor­tif…

D’ailleurs, je me de­mande s’il ne fau­drait pas en faire une com­pé­ti­tion…

Voire une dis­ci­pline olym­pique ?

6)

Le Cor­beau
08.08.2012 à 11:14

aiie, on est proche du dé­ra­page et de la mise en de­meure par le CIO de sup­pres­sion de com­men­taire non conforme .

at­ten­tion, je rap­pelle qu’il y a deux mots en co­py­right et donc à ne pas uti­li­ser en­semble. Phil­Sim vient d’en mettre un en ligne.

Bon, plus sé­rieu­se­ment, j’adopte la même mé­thode que lui, mais le pro­blème est la sur-mus­cu­la­tion de l’in­dex qui dé­pa­reille mes pe­tites mi­mines

7)

Mo­dane
08.08.2012 à 11:27

Oui mais si tu suis un petit stage ré­cu­pé­ra­teur à la cli­nique du Doc­teur X, tu de­vrais être OK à temps pour la coupe du monde…

8)

fxc 
08.08.2012 à 11:46

tu de­vrais être OK à temps pour la coupe du monde…

dieu nous en pré­serve, tout mais pas cela….

Pour l’anec­dote, ma­dame fxc est fran­çaise, elle a fait de l’ath­lé­tisme à un haut ni­veau, donc elle aime bien, un soir je lache:” com­mence à me gon­fler avec leur co­co­ri­cos” le crime de B…non lèse ma­jesté france, seule une dis­pa­ri­tion sou­daine de mé­zigue vers son bu­reau fut sa­lu­taire à mon in­té­grité mo­rale, et quand je suis face à l’ordi un casque scout cad tou­jours prêt éteind l’in­cen­die

9)

Sa­luki
08.08.2012 à 11:51

Les loueurs de temps de cer­veau de TF1, lors de la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture, ont in­ter­rogé les gens qui passent, tels notre Pre­mier Mi­nistre.

Ques­tion : “Ne re­gret­tez-vous pas que Paris n’ai pas été choisi , ne vous êtes-vous pas dit « Nom de Dieu, que ç’au­rait été bien?»”

Je crois que cela mé­rite une dis­qua­li­fi­ca­tion à vie (ou à vis, ça fait plus mal).

fxc 
08.08.2012 à 13:24

Et sur­tout il y a pleins de sports bi­zarres

Ils courent à saute mou­tons sans mou­tons.

Ils font de la ba­lan­çoire sans siège.

Comme les en­fants ils jouent dans un bac à sable.

Ils vont à la pêche avec une grande canne, y en a pas un qui at­trape du pois­son, même pas du perche.

ils jouent aux boules, il n’y a pas de co­chon­net et à plus de 60m cela ce com­prend

Ils font du che­val et ce­lui-ci ne bouge pas, c’est con hein.

J’te lance la balle, tu me la ren­voies, dé­ci­dez vous Mer…..

Ils jouent aux vo­lants, sans jupes, moi j’aime les jupes à vo­lants.

Toutes les spor­tives ont des air­bags au­to­gon­flés, du moins pour cer­taines…

Le ma­ra­thon) étant une ville grecque connue be­cause ce sport, en france une ville est aussi très connue pour la même rai­son, de­cath­lon.

Il y en a des tas d’autres, mébon, mon sport pré­féré étant plus jeune, les bars //, un d’un coté de la rue et puis celui de l’autre côté.

Phi­lob
08.08.2012 à 13:26

Merci Mo­dane

Je n’ai pas la TV, mais avec les ordis c’est comme si je l’avais; de toute façon je ne suis pas tenté par les JO, même pas la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture, di­sons que j’ai un lourd passé, je n’ai ja­mais aimé le foot alors …. je suis un peu dis­qua­li­fié, je manque d’ha­bi­tude.

Je re­gar­de­rai cet hiver les re­flets fil­més, un bon ré­sumé des JO, il y aura que le meilleur, peut-être …

Je ne sais pas si ça existe, mais ça pour­rait presque m’in­té­res­ser s’il y avait la pos­si­bi­lité de choi­sir un sport, par exemple l’avi­ron, et n’avoir que des re­flets de cette dis­ci­pline, un peu comme un pod­cast.

Le Cor­beau
08.08.2012 à 13:29

Pour l’anec­dote, ma­dame fxc est fran­çaise, elle a fait de l’ath­lé­tisme à un haut ni­veau, donc elle aime bien

il y quand même un côté ré­créa­tif. Les fé­mi­nines. C’est re­mar­quable comme les nou­velles te­nues im­po­sées tendent à faire mon­ter l’au­dience.

Ose­rais-je un rac­courci entre les deux ?
Mi­chelle Jen­neke 100m haies#!

dpesch
08.08.2012 à 13:35

Pas vu la moindre épreuve…

Aperçu quelques images de la dé­gou­li­nante (et si coû­teuse) cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture.

Content que ce soit à Londres !

Guillôme
08.08.2012 à 14:22

Très bien écrit Mo­dane! Je plus­soie.

fxc 
08.08.2012 à 14:29

Sorry, j’en ai ou­blié un dans ma longue série, deux types ba­ra­qués et en mar­cel sont dans les bras l’un de l’autre , et vas y que j’es­saye de te sou­mettre et que cela ne fonc­tionne pas, et que si c’est pas moi c’est toi, ce genre de com­por­te­ment existe dans la na­ture, enfin comme cela ne fonc­tionne pas, un des deux ce met à quatre pattes, l’autre le prends par der­rière, et vas y que j’es­saye, l’autre ce dé­fend avec multe coups de reins, je vous laisse de­vi­ner la suite… ils ap­pellent cela la lutte *gréco * ro­maine, c’est pas éton­nant………

Mo­dane
08.08.2012 à 15:38

>Ma­dame fxc : Petit cor­rec­tif… Soyez bien convain­cue que je n’en ai qu’aux me­dias et au na­tio­na­lisme. Le sport, bien que ce ne soit pas ma tasse thé, ça se ver­rait, je n’ai rien contre.

Vous pou­vez donc ces­ser de mar­ty­ri­ser notre fxc, main­te­nant… Pis c’est pas de sa faute : on n’est pas res­pon­sable de ses co­pains, même en ligne…

Ca­plan
08.08.2012 à 15:57

Merci Mo­dane pour ce point de vue. Ici, en Suisse, on n’a pas de pro­blème de glo­riole na­tio­na­liste: on est au mieux 4ème!

Mais il ne faut pas ou­blier que le sport a pourri le monde du fric!

Mo­dane
08.08.2012 à 16:15

Mais il ne faut pas ou­blier que le sport a pourri le monde du fric!

On ne dira ja­mais assez l’in­fluence né­faste qu’a le sport sur notre belle ci­vi­li­sa­tion!

zit
09.08.2012 à 08:09

Quand on pense que ces pra­tiques oi­seuses avaient dis­paru pen­dant presque deux mil­lé­naires, ça va bien avec le reste du ving­tième siècle (to­ta­li­ta­rismes en tout genres, gé­no­cides de masse, des­truc­tion de la pla­nète, armes de plus en plus ri­go­lotes). L’es­prit Olym­pique, c’est écra­ser la gueule de l’autre, s’en faire un paillas­son, et après qu’on a gagné, lui ser­rer la main, c’est bien de notre temps.

Faut voir ces pauvres spor­tifs aux corps dif­formes, j’ai beau­coup de com­pas­sion, mais, com­ment peut–on en ar­ri­ver là ? Les gar­çons : tous bouf­fis de par­tout, avec la peau sur le point d’écla­ter sur des tis­sus mus­cu­laires sur­gon­flés (faut sur­tout pas qu’ils se fassent pi­quer par un mous­tique, c’est le cla­quage as­suré !), les filles : soit la même chose que les gar­çons (mais c’est en­core plus laid chez une fille), soit des sque­lettes avec des ten­dons par­tout, et les vi­sages, on a l’im­pres­sion qu’elles en sont à leur sep­tante–dou­zième lif­ting et où ont–elles donc fou­tus leur poi­trine ? elles ont l’op­tion dé­ta­chable ? Il n’y a guerre que quelques lan­ceurs de mar­teau ou du disque ou du poids qui ont l’air à peu près nor­maux ;o).

En tout cas, c’est un bon exemple qu’il ne faut pas faire de sport si l’on ne sou­haite pas de­ve­nir mons­trueux, mes­sieurs, qui parmi vous vou­drait avoir le corps de Bolt ? Et puis c’est quand même dingue, le nombre de cla­quages, bles­sures di­verse et va­riées qui sont dues à ces pra­tiques dou­teuses, d’ailleurs, il y a même des mé­de­cins spé­cia­li­sés, comme pour la guerre, c’est dire !

z (je ne re­grette pas ma 19 ième place, je ré­pêêêêêêêêêêêêête : j’ai tout donné, les autres étaient plus forts, ra­pides, meilleurs, avaient de meilleurs mé­de­cins…)

Tom25
10.08.2012 à 13:08

On ne dira ja­mais assez l’in­fluence né­faste qu’a le sport sur notre belle ci­vi­li­sa­tion!

Si je suis d’ac­cord avec un cer­tain coté mal­sain dû au fric, il ne faut pas exa­gé­rer non plus et taper ainsi sur le sport.

Je suis en va­cances, mais d’après ce que j’ai lu sur in­ter­net, je re­grette d’avoir loupé le France – Es­pagne de hand-ball.

Sur ce, je vais me nour­rir, et je re­pars pour 4 h de masques et palmes. Et ça c’est du sport, avec pour seuls spec­ta­teurs les ha­bi­tants de la ma­gni­fique faune mé­di­ter­ra­néenne.

Mo­dane
10.08.2012 à 13:11

Se­cond degré, Tom… Se­cond degré… 🙂 Et j’ai­me­rais bien être à ta place pour aller pal­mer quelque part!

Jean-Yves
10.08.2012 à 15:05

Tou­jours drôle et caus­tique, Mo­dane, merci !

Concer­nant les com­men­ta­teurs, je plus­soie en ce qui concerne les jour­na­listes. Pour­tant, cer­tains consul­tants doivent avoir par­fois envie de gi­fler !

Ce­pen­dant, en re­tour­nant mes ju­melles, es­pé­rant voir l’autre petit bout des choses, je suis plu­tôt content de voir des spor­tifs, hommes et femmes, issus de mi­lieux, de com­mu­nau­tés, ou de pays pas fran­che­ment fa­vo­ri­sés, échap­per à des des­tins soi-di­sant tout tra­cés …

Ça ne concerne que quelques dis­ci­plines, prin­ci­pa­le­ment l’ath­lé­tisme, mais les éthio­piens et les ke­nyans me ré­galent. Sans ou­blier les ath­lètes, fran­çais, toutes dis­ci­plines confon­dues, qui “re­mer­cient” leur sport de les avoir sor­tis d’un risque de dé­rive. Ils ne doivent pas être les seuls …

Rien que pour ça, par­fois ému, je re­garde les JO.

En es­sayant de ne pas être dupe, même si l’ar­gent a, là aussi pris le pas. Mais passé la soixan­taine, le risque me semble li­mité. Rê­vons du meilleur pour ceux qui le mé­ritent !

Et basta !

Tom25
10.08.2012 à 23:02

Par­don Mo­dane, je n’avais pas saisi.
De­main sera le der­nier jour 😥 .
Et si je suis im­pres­sionné par les per­for­mances des spor­tifs des JO (bien que je n’ai qua­si­ment rien re­gardé), je suis es­to­ma­qué quand je re­garde les ani­maux, qu’ils soient ma­rins ou ter­restres.
De­main j’es­saye de ri­va­li­ser avec un ca­cha­lot, j’ar­rive à dé­pas­ser 15 m, mais c’est le pre­mier pas qui compte, plus que 3000 m et je suis à ni­veau. Et si vous n’en­ten­dez plus parlé de moi, c’est que le ca­cha­lot a gagné.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :