Un rêve…

Non, je ne suis pas l’arbre sec que d’au­cuns dé­crivent quand j’ai le dos tourné. Comme tous les Mo­dane, je rêve, et je le prouve. Évi­dem­ment, si je vous livre mon in­ti­mité comme ça, c’est que quelque chose me tour­mente dans ce songe, et je vous prie­rai, si vous le vou­lez bien, de me dé­char­ger de cette in­ter­ro­ga­tion.

Mais d’abord, le rêve.

Je suis à une sta­tion d’es­sence où je viens de faire le plein, et vais pour re­dé­mar­rer après m’être servi. Enfin, j’es­saie car le mo­teur peine à se lan­cer. Lorsque je re­lève la tête en me de­man­dant ce qui se passe, je m’aper­çois que je suis assis à l’ar­rière de ma 2CV Citroën à deux places où je suis à la place du pas­sa­ger, à l’ar­rière, et que si je ne peux pas dé­mar­rer le mo­teur, c’est qu’il tourne déjà, le chauf­feur l’ayant fait de sa place, à l’avant.

Amusé, j’en fais la ré­flexion à la can­to­nade. Ça fait rire aussi la pom­piste, qui se trouve être une femme dy­na­mique et ex­tra­or­di­naire de mon en­tou­rage, la prof de per­cus­sion de mon fils.

Nous dis­cu­tons de façon plai­sante, puis je vais ré­cu­pé­rer ma voi­ture qui entre temps a été ré­pa­rée. On ne me dit pas où elle est, sinon qu’elle est garée dans le quar­tier, qui se trouve être le bois de Bou­logne, ce qui me pa­raît assez étendu pour une re­cherche so­li­taire. Je la cherche, je la cherche, je ne la trouve pas, et je re­viens au ga­rage en ex­pli­quant qu’on m’at­tend à un concert dont je suis l’ar­tiste. Tout ça, dans une dé­con­trac­tion dis­tin­guée…

… J’ar­rive en avance à la salle de concert, qui est une sorte de music hall an­cien, presque steam­punk, à Londres. J’at­tends mon tour en re­gar­dant le nu­méro pré­cé­dent : Ri­chard Ham­mond, de Top Gear, joue du syn­thé à quatre mains avec une pe­tite fille d’une di­zaine d’an­née. Je suis étonné par la per­for­mance de la pe­tite fille, per­for­mance qui n’est ni bonne ni mau­vaise mais plai­sante et so­bre­ment joyeuse, et qu’elle exé­cute avec na­tu­rel, sans af­fec­ta­tion d’au­cune sorte. Après mon tour de chant, je dis­cute à une table avec Ri­chard Ham­mond, qui est très sympa, et ses amis. Je­remy Klark­son n’y est pas.

Ri­chard Ham­mond me rac­com­pagne en voi­ture avec ses amis à la sta­tion de métro.

La sta­tion est ex­tra­or­di­naire, et des­sine un pay­sage entre St Pep­per et Roger Har­greaves. Nous la dé­cou­vrons d’un bel­vé­dère un peu comme le Tro­ca­dero. C’est un parc en pente, d’où jaillissent nombre de hautes et larges che­mi­nées de briques au pied évasé, cou­ron­nées d’un épais pa­nache de fumée noires jouant gaie­ment dans le so­leil. Cela m’ap­pa­raît féé­ri­que­ment beau, à contre-jour dans le so­leil prin­ta­nier. Tout est calme et har­mo­nieux : on en­ten­drait les oi­seaux chan­ter.

Ri­chard m’in­dique me donne les ex­pli­ca­tions d’usage avant que je des­cende du mi­ni­bus où nous somme tous très ser­rés, mais je ne com­prend pas car je ne com­prend pas l’an­glais.

Les en­trées du métro sont dé­cou­pées dans le sol comme des écou­tilles rondes ou comme un trou de Hob­bit techno, avec l’échelle tra­di­tion­nelle des sous ma­rins. Je me dis que je ne pour­rai pas pas­ser par là. Je cherche une porte. J’en trouve une. Je tombe nez à nez avec un uri­noir, propre, sobre et classe, en cal­caire, qui fait tout le mur, de bas en haut, comme un bas-re­lief. Je re­viens sur mes pas, et dé­cide de ré­cu­pé­rer ma voi­ture à pied.

Je ne suis pas le seul à faire ce choix, qui pa­raît ab­so­lu­ment na­tu­rel. Je suis ac­com­pa­gné d’un couple bon chic bon genre, ha­billé en tou­ristes bre­tons. Après un tra­jet sur une route neuve sans pan­neaux où les ca­mions laissent la prio­rité aux ran­don­neurs dans les pas­sages étroits, je com­mence à me de­man­der si nous al­lons dans le bon sens.

Nous dé­ci­dons de cou­per par la cam­pagne et nous ar­ri­vons à une mai­son co­quette au jar­din ou­vert sur la cam­pagne en­vi­ron­nante. Quand nous dé­ci­dons de sor­tir du jar­din, je m’aper­çois qu’au lieu d’être ou­verts, les che­mins sont bar­rés par des sortes de haies de verre, pa­rois qua­si­ment in­vi­sibles, mais qui font très bel effet de près. Nous sor­tons fi­na­le­ment gaie­ment du lieu par le seul che­min pos­sible. Et là, au grand sou­la­ge­ment de tous, dans un clin d’oeil, je sors mon iPhone de mon sac en di­sant : « Mais j’ai un GPS ! ».

Et je me ré­veille…

J’es­père avoir été clair, dans ce récit somme toute assez or­di­naire, mais ce rêve me laisse tout de même une im­pres­sion étrange, que je n’ar­rive pas à dé­fi­nir. Voilà donc la ques­tion qui me ta­raude, à la­quelle vous ap­por­te­rez pro­ba­ble­ment une ré­ponse aisée :

Mais que diable cet iPhone vient-il en­core faire ici?

, le 2 décembre 2013

24 com­men­taires
1)

Rit­chie
02.12.2013 à 03:03

J’sais pas si c’est l’iPhone, mais en tout cas la ré­vé­la­tion c’est que tu dé­sires un GPS !

Ou que tu de­vrais plus sou­vent t’en ser­vir !

Ou moins sou­vent pour plus par­tir à l’aven­ture !

Mais bon, je ne suis pas psy­cho­logue (ou tout autre pro­fes­sion lié à l’ana­lyse de rêves), je ne suis qu’in­for­ma­ti­cien et ai déjà pas mal de pro­blèmes avec les miens.

Ton rêve est quand même très in­tri­guant !!!

2)

Fran­çois Cuneo
02.12.2013 à 03:50

Moui, mon cher Mo­dane, moui.

hem… moui… moui…

Bon… nous ar­ri­vons au bout de notre séance, on se re­trouve lundi pro­chain à la même heure n’est-ce pas?

3)

Leo_11
02.12.2013 à 04:34

Cette fois la preuve est faite… Mo­dane n’est pas seul dans sa tête…

Je me sens tout-à-coup moins «bi­zarre»…

4)

Mo­dane
02.12.2013 à 04:46

>Leo : Si je peux aider… 🙂

6)

Tron­che­DeS­nake
02.12.2013 à 06:07

hem… moui… moui…

Quelle per­ti­nence dans l’ana­lyse! Quelle conci­sion dans le pro­pos! Je ne puis qu’adhé­rer!

7)

omni
02.12.2013 à 06:21

Tout d’abord merci pour cette preuve de confiance. Nous confier vos rêves ! Alors une ana­lyse de comp­toirs, ra­pide ba­varde et ab­so­lu­ment pas étayée, comme il se doit pour une ana­lyse de comp­toirs : vous êtes LE GUIDE que tout le monde at­tend ….

8)

Mo­dane
02.12.2013 à 07:27

>omni : Et vous pour­riez m’en­voyer une at­tes­ta­tion le cer­ti­fiant? Je crois que ça m’ar­ran­ge­rait quelques coups, tout au moins ça me sim­pli­fie­rait la vie…

9)

guru
02.12.2013 à 09:25

Ce n’est pas un rêve pré­mo­ni­toire, c’est une pub pour l’iPhone… En fait, ton désir in­cons­cient est d’être en­gagé par Apple.

De rien, ça fait 150 euros, à la se­maine pro­chaine.

PS: vous ne dor­mez ja­mais, la nuit, les gars ???

ysen­grain
02.12.2013 à 09:47

A ceux qui ima­ginent in­ter­pré­ter les rêves: À la no­table ex­cep­tion d’un au­tri­chien, un peu bi­zarre, exer­çant à Vienne dans les an­nées 1900, per­sonne ne sait avec vé­ra­cité com­prendre un rêve. La preuve en a été faite après que l’ex­po­si­tion du contenu d’un rêve don­née à 10 “spé­cia­listes” ait donné 10 in­ter­pré­ta­tions dif­fé­rentes.

Pour en re­ve­nir à Mo­dane, tout ça pour nous dire qu’il a un iPhone, d’une part, et qu’il ne prend pas cette his­toire au sé­rieux d’autre part. Mo­dane tu me ré­jouis.

Sa­luki
02.12.2013 à 09:48

Une conclu­sion plus simple s’im­pose :

-“Y’a pas que d’la pomme” *
dans ce que notre bon Mo­dane boit, le soir, avant d’al­ler au dodo.

EDIT : hom­mage à Georges Laut­ner…

EDIT 2 : pas fa­cile de pos­ter à par­tir d’un iFawn dans le métro…

Hervé
02.12.2013 à 10:14

Tous les phan­tasmes de Mo­dane réunis dans un seul rêve :
– voi­ture et jolie pépée
– suc­cès sur scène
– vie bu­co­lique
– IPHONE !

La to­tale, quoi !

quark
02.12.2013 à 10:27

Une ques­tion d’abord: T’ar­rive-t-il d’uti­li­ser ton iPhone comme ré­veille-ma­tin ?

Si oui, ce de­vait être l’heure de te ré­veiller. Cela peut ar­ri­ver avant qu’il ne sonne ou même si tu ne l’as pas pro­grammé pour. C’est de l’auto-condi­tion­ne­ment.

Et sinon, cli­mat de la der­nière scène: ac­com­pa­gné d’un couple bon chic bon genre, route neuve, mai­son co­quette, jar­din, haies de verre qui font très bel effet, nous sor­tons gaiment… Et là, le cer­veau conti­nuant ses as­so­cia­tions d’idées, c’était mûr pour faire le ma­riole avec ton iBi­dule…

😉

aacp
02.12.2013 à 10:37

Et c’est quoi la tenue d’un tou­riste bre­ton ?

Jean Claude
02.12.2013 à 11:01

La preuve en a été faite après que l’ex­po­si­tion du contenu d’un rêve don­née à 10 “spé­cia­listes” ait donné 10 in­ter­pré­ta­tions dif­fé­rentes.

Dé­mons­tra­tion en­core plus écla­tante avec les 103412 “vues” de CUK ce jour à 11:01

fxc 
02.12.2013 à 11:03

i have a dream

La pe­tite blonde me suf­fit….

Et c’est quoi la tenue d’un tou­riste bre­ton ?

un cha­peau rond.

ici

Mo­dane
02.12.2013 à 11:23

Jean Claude, ré­veille toi! C’est un rêve!

Mo­dane
02.12.2013 à 17:45

Et c’est quoi la tenue d’un tou­riste bre­ton ?

Heu… des fringues de hol­lan­dais en va­cances?

iYan­nick
02.12.2013 à 23:09

Belle aven­ture !

Je sais ce que l’iPhone fait dans cette his­toire.

En cher­chant ta voi­ture, tu as voulu te re­pé­rer avec Apple Plans.

C’est ce pour­quoi tu ne l’as pas trou­vée !

Seb The Frog
03.12.2013 à 20:15

J’ai l’im­pres­sion que cette in­ter­ro­ga­tion sur la pré­sence d’un iphone nous éloigne de la vrai ques­tion, la seule qui de­mande une ré­ponse : où donc a bien pu pas­ser Je­remy Klark­son ?

zit
04.12.2013 à 10:18

Évi­dem­ment, c’est d’ordre pu­re­ment sexuel !

Déjà, le plein, dans la sta­tion ser­vice, avec une pom­piste, en plus… et puis, le cé­lèbre bois de Bou­logne, et puis, ces larges et hautes che­mi­nées, qui jaillissent du sol… et puis aussi les en­trées du métro des­quelles tu n’oses pas ap­pro­cher…

z ( et dans ail faune, il y a faune, je ré­pêêêêêêêêête : et que fait un faune, hein ?)

PS : en ce qui me concerne, je ne rêve ja­mais en dor­mant… éveillé, ça suf­fit bien !

Mo­dane
04.12.2013 à 17:14

La­ca­nien, le Zit?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :